Les femmes libanaises : pas satisfaites d'être de « seconde classe »

par Rita Chemaly
18 juin 2010
Imprimer
Envoyer
Beyrouth – Le 18 mai 2010, la cour d'appel de Beyrouth a rejeté la demande de Samira Souedian, une Libanaise veuve d'un Egyptien, de transmettre sa nationalité libanaise à ses quatre enfants. Pourtant, elle avait obtenu gain de cause en première instance en juin 2009.

Ce jour-là, des manifestantes se sont mobilisées pour soutenir la cause de Samira. Debout, leurs affiches colorées à la main, elles ont accordé des entretiens aux médias dans l'espoir d'être entendues par les hommes politiques du pays.

Bien que les hommes et les femmes au Liban disposent quasiment des mêmes droits, les femmes se battent toujours pour obtenir une égalité pleine et entière devant la loi. En effet, la femme libanaise mariée à un étranger n'a pas le droit de transmettre sa nationalité à son mari ni à ses enfants. Alors qu'une femme étrangère qui épouse un Libanais a le droit à la citoyenneté pour elle et ses enfants.

Dans son article premier, la loi sur la nationalité de 1925 stipule qu'« est considérée comme libanaise toute personne née d’un père libanais ». Le texte s’arrête là. Une conclusion s'impose: toute personne née d'une mère libanaise n'est pas considérée comme Libanaise.

La nationalité au Liban relève du lien de sang, et non du lien du sol. Mais cette discrimination est à son apogée dans une société patriarcale où la loi « ne reconnaît le lien du sang que du côté du père ». Cette loi contrevient clairement au principe d'égalité entre l'homme et la femme, pourtant promu par la Constitution libanaise dans son Article 7.

La transmission de la nationalité n'est pas qu'une simple formalité juridique; elle a des conséquences sociales et financières. Etant donné que l'époux étranger et les enfants d'une femme libanaise sont considérés comme des résidents et non comme des citoyens, ils doivent obtenir des permis de résidence et de travail et les renouveler chaque année. Il s'agit d'une procédure coûteuse qui représente une somme coquette (près de $2'000 à $3'300 par an), implique une paperasse administrative lourde et de longues heures d'attente à la Sûreté générale.

Un certain nombre d'associations se sont mobilisées pour soutenir l’amendement de cette loi. Des pères mariés à des Libanaises ont même fondé une association pour soutenir leur cause « Fathers and Sons for Citizenship ». Par ailleurs, la campagne « Ma nationalité est mon droit et celui de ma famille », qui rassemble plusieurs organisations libanaises non gouvernementales, s'active depuis 2002 pour sensibiliser le public au problème et changer la loi existante. Et en 2008, le Comité national pour le droit de la femme au Liban (CFUWI) a lancé la campagne « Ma nationalité... mon droit à moi et à mes enfants » avec le soutien d'agences internationales comme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Une poignée de législateurs travaillent aussi pour garantir ce droit aux femmes. A cet effet, une proposition de loi qui revêt un caractère d'urgence a été présentée le 27 avril 2009 par deux membres du Parlement, Bahige Tabbarah et Pierre Daccache, au président du Parlement, Nabih Berri. Les auteurs de cette proposition demandent que l'article 1er de la loi sur la nationalité de 1925 soit amendée de façon à inclure le texte suivant : « Toute personne née de père ou de mère libanaise est considérée comme Libanaise ».

Les personnalités publiques qui s'opposent à cet amendement disent s'inquiéter des effets possibles sur l'équilibre du pouvoir au sein du gouvernement, le système politique libanais reposant sur les statistiques confessionnelles. D'autres avancent que les statistiques démographiques ont changé depuis le dernier recensement qui remonte à des années et que la transmission de la nationalité par le père ou le mari comporte les mêmes risques de changement sur l'équilibre.

Quoi qu'il en soit, la transmission de la citoyenneté est un droit fondamental, cité dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui devrait l'emporter sur d'autres considérations politiques ou sociales. En modifiant la loi pour accorder ce droit à la femme libanaise, l'Etat lui accordera la pleine citoyenneté et renforcera l'égalité des sexes au Liban.

###

*Rita Chemaly est chercheure en sciences sociales et politiques et auteure de l'ouvrage Le Printemps 2005 au Liban, entre Mythes et Réalités et de plusieurs articles. Elle a obtenu le prix Samir Kassir pour la Liberté de la Presse en 2007 et blogue sur www.ritachemaly.wordpress.com. Article écrit pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews).

Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 18 juin 2010, www.commongroundnews.org
Reproduction autorisée.
 
 
 
 
VIDEO DE LA SEMAINE
Advice from El-Hibri Peace Education Prize Winner

Dans ce clip vidéo, le Dr. Betty Reardon - dont le travail en matière d’éducation à la paix a été récompensé par le prestigieux « El-Hibri Peace Education Prize » – et son amie et consœur Cora Weiss, présidente de l’organisation Hague Appeal for Peace expliquent pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews) la façon dont les citoyens ordinaires pourraient  favoriser un climat pacifique. Elles dispensent aussi quelques conseils à la future génération d’artisans de la paix.
 
 
 
 
"Pour le monde de la recherche et de la politique, la documentation sur le Moyen-Orient produite par Search For Common Ground est exceptionnelle. Pour celui qui recherche des analyses ?quilibr?es et approfondies, c'est l? qu'il trouvera les ?l?ments qui lui permettront de mieux comprendre la complexit? du Moyen-Orient contemporain."

- Dr. Robert O. Freedman, Professeur de sciences politiques ? la Fondation Peggy Meyerhoff Pearlstone de l'Universit? H?bra?que de Baltimore, et Professeur invit? de sciences politiques ? l'Universit? John Hopkins
 
 
 

It takes 200+ hours a week to produce CGNews. We rely on readers like you to make it happen. If you find our stories informative or inspiring, help us share these underreported perspectives with audiences around the world.

Monthly:

Donate:

Or, support us with a one-time donation.

 
 
 
AUTRES ARTICLES DANS CETTE EDITION
#Flotilla : de l'information qui peut amener le changement
Les citoyens virtuels peuvent amener un changement réel
L'innovation avance à toute vitesse dans le monde arabe
Donner une vraie image de l’Amérique
 
 
 
 
 
 
 
200+
 
 
# of hours per week to create one edition
 
 
8
 
 
# of editors in 6 countries around the world
 
 
30,000
 
 
# of subscribers
 
 
30
 
 
Average # of reprints per article
 
 
4,800
 
 
# of media outlets that have reprinted our articles
 
 
37,307
 
 
# of republished articles since inception
 
 
6
 
 
# of languages CG articles are distributed in
 
 
2000+
 
 
# of writers since inception
 
 
'

 

Autres articles dans cette ?dition

#Flotilla : de l'information qui peut amener le changement par Aysha Alkusayer
Les citoyens virtuels peuvent amener un changement réel par Emna Ben Jemaa
L'innovation avance à toute vitesse dans le monde arabe par Rasha Dewedar
Donner une vraie image de l’Amérique par Craig Considine