Un message de paix de Tripoli

par Vanessa Bassil
08 octobre 2014
Imprimer
Envoyer
Tripoli (Liban) - Le 21 septembre, de jeunes artistes ont célébré la Journée internationale de la paix, au Théâtre de la Ligue culturelle de Tripoli, deuxième grande ville du Liban, située dans une zone à haut risque, dans le nord du pays. Ils ont marqué cette journée dédiée à la paix, à travers la danse, la musique, le théâtre et le dessin grâce à leurs talents artistiques remarquables et non-violents, rappelant ainsi à toute une communauté que, malgré le conflit perpétuel qui sévit dans cette région, il y a toujours une place pour la paix. Cet événement festif a montré que, même dans les endroits les plus instables, il y a des gens qui refusent la violence et sur qui on peut prendre exemple pour s’inspirer et se mobiliser pour enrayer la violence.

La sécurité de Tripoli est menacée par le conflit qui déchire les habitants des quartiers de Bab-al-Tabbaneh (habité majoritairement par des sunnites) et de Jabal Mohsen (majoritairement alaouite), qui vivent dans l’animosité depuis la guerre civile de 1975. Les tensions sont d’autant plus exacerbées en ce moment à cause de la guerre civile en Syrie : les habitants de la ville sont divisés selon leur opposition ou leur soutien au régime syrien à dominance alaouite. Mais Tripoli n’est pas que violence ; on y trouve aussi des gens qui veulent vivre dans la paix et qui sont persuadés de pouvoir apporter un changement.

La voie de la consolidation de la paix est, certes, pavée de défis, d’obstacles et de déceptions. Mais il est possible de surmonter ces difficultés, grâce à une conviction profonde et une forte détermination. C’est en tout cas l’approche de l’organisation Media Association for Peace (MAP), qui est à l’origine de cette manifestation culturelle, par le biais de son club MasterPeace. La MAP est une plateforme qui permet de réunir des personnes, venant de différents milieux et partageant des points communs, des ambitions et des objectifs similaires. C’est une tribune où les jeunes sont des citoyens actifs et les journalistes des professionnels responsables.

Cette manifestation culturelle a été très appréciée des artistes et du public, enchantés de voir que la journée dédiée à la paix était célébrée dans leur ville. Un des participants a d’ailleurs dit : « Le moment est venu pour le monde entier de savoir que nous ne sommes pas une ville symbole de la guerre ». Pour les habitants de Tripoli, cette journée était très significative, symboliquement, car elle véhiculait un message d’espoir pour le Liban et le reste du monde. Cette occasion a permis aux jeunes artistes de cette ville en proie à l’agitation, de montrer qu’ils n’approuvent pas la violence. Barrak Sabih, un professeur d’art dans une association locale appelée Cross Arts et impliqué dans l’organisation de cette manifestation, s’est produit dans une œuvre théâtrale folklorique libanaise qui met en scène un conteur ou « Hakawati Al-balad ». Il s’est servi de cette forme d’art traditionnelle pour rappeler au public que la paix était une nécessité pour tout le monde et en tout temps. Le public a pu apprécier les voix magnifiques du jeune chanteur syrien, Ahmad Dandashi et de Jad Sabih un petit garçon de la ville, âgé de 9 ans- vedette de la célèbre émission de télévision Arabs Got Talent. Tous deux ont chanté plusieurs chansons. Parmi les artistes il y avait aussi le musicien Ahmad Naji, membre du groupe de musique local « Lahza » (instant) ; il a joué des morceaux traditionnels avec son oud, rappelant ainsi au public la beauté de la musique classique libanaise et le fait qu’elle unit tous les Libanais, malgré leurs différences.

Loin des problèmes de violence, de drogue, d’armes et de prison, qui tourmentent la ville et ses habitants, ce sont ensuite des danseurs de break qui ont occupé la scène et surpris tout le monde par leur souplesse et leur force incroyables ainsi que leur belle chorégraphie. Le groupe de rap libanais « Men l Ekher », (à la fin), formé de trois rappeurs de différentes zones de Tripoli, ont tenu à participer eux aussi à la célébration de cette journée particulière, en interprétant des morceaux de rap et de hip hop extraordinaires, qui parlent d’unité libanaise. Les rappeurs ont fait chanter le public, tout en créant une atmosphère d’engagement, d’enthousiasme et de joie. À un moment donné, un des membres du groupe, Issa Naaman, a crié de toutes ses forces: « Message de paix de Tripoli pour le Liban ! » C’était-là, en réalité, une réponse aux messages vidéos - projetés au début des festivités - dans lesquels des journalistes d’un peu partout au Liban, avaient envoyé des « vœux de paix pour Tripoli » au nom de leurs régions respectives.

Enfin, « la flamme de la paix », qui avait été acheminée à travers tout le pays par le ténor Gabriel Abdel Nour, est arrivée à Tripoli, pour clore les festivités. Cette journée a redonné de l’espoir aux habitants qui veulent la paix. Elle a aussi été l’occasion pour les jeunes d’exprimer leurs espérances pour l’avenir.

À Tripoli, les artistes de la nouvelle génération peuvent inspirer d’autres jeunes des zones de conflit et leur apprendre à se servir d’outils non-violents, tels que l’art, la musique et la danse. Ces jeunes artistes ont d’ailleurs su rappeler aux personnes sceptiques et désabusées, qu’il existe aussi des pacifistes dans les zones de conflits violents, et que ces partisans de la paix ont le droit d’être entendus et qu’ils ont le devoir de transmettre leur message de non-violence. Alors que la sécurité du Liban continue à être sérieusement menacée, cette journée a fait naître de nouveaux espoirs au sein de la population de Tripoli, qui en a profité pour envoyer à son tour un message de paix au reste du Liban.

###

Journaliste indépendante, Vanessa Bassil (Vanessa.bassil@maplebanon.org) milite pour la paix ; elle est également formatrice en journalisme pour la paix. Fondatrice et présidente de Media Association for Peace (MAP), elle est aussi la coordinatrice de l’International Peace Movement Masterpeace au Liban. Article écrit pour Service de Presse de Common Ground (CG News).

Source : Service de Presse de Common Ground (CGNews), 8 octobre 2014,www.commongroundnews.org
Reproduction autorisée.
 
 
 
 
VIDEO DE LA SEMAINE
Advice from El-Hibri Peace Education Prize Winner

Dans ce clip vidéo, le Dr. Betty Reardon - dont le travail en matière d’éducation à la paix a été récompensé par le prestigieux « El-Hibri Peace Education Prize » – et son amie et consœur Cora Weiss, présidente de l’organisation Hague Appeal for Peace expliquent pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews) la façon dont les citoyens ordinaires pourraient  favoriser un climat pacifique. Elles dispensent aussi quelques conseils à la future génération d’artisans de la paix.
 
 
 
 
"J'ai re?u six questions pos?es par plusieurs collaborateurs du Service de Presse de Common Ground. J'esp?re que les ?tudiants et les sp?cialistes de notre universit? (Al-Azhar), de m?me que tous ceux qui s'int?ressent ? des probl?mes intellectuels g?n?raux, auront remarqu? tout le travail sous-jacent ? ces questions: elles n'ont ?t? formul?es qu'apr?s une recherche et une analyse approfondies qui rempliraient des rayons de biblioth?que, et apr?s un exercice de r?flexion organis? propre ? ?tablir des relations entre les faits, sans s'embarrasser des illusions, des v?tilles et des petitesses qui encombrent l'?difice de la connaissance."

- Cheikh Ali Gomaa, Grand Mufti d'Egypte
 
 
 

It takes 200+ hours a week to produce CGNews. We rely on readers like you to make it happen. If you find our stories informative or inspiring, help us share these underreported perspectives with audiences around the world.

Monthly:

Donate:

Or, support us with a one-time donation.

 
 
 
AUTRES ARTICLES DANS CETTE EDITION
Des échanges virtuels permettent de lutter à la fois contre l’islamophobie et l’anti- occidentalisme
Réconcilier liberté d’expression artistique et religion en Tunisie
 
 
 
 
 
 
 
200+
 
 
# of hours per week to create one edition
 
 
8
 
 
# of editors in 6 countries around the world
 
 
30,000
 
 
# of subscribers
 
 
30
 
 
Average # of reprints per article
 
 
4,800
 
 
# of media outlets that have reprinted our articles
 
 
37,307
 
 
# of republished articles since inception
 
 
6
 
 
# of languages CG articles are distributed in
 
 
2000+
 
 
# of writers since inception
 
 
'

 

Autres articles dans cette ?dition

Des échanges virtuels permettent de lutter à la fois contre l’islamophobie et l’anti- occidentalisme par Rafael Tyszblat
Réconcilier liberté d’expression artistique et religion en Tunisie par Aymen Allani